Opera a 20 ans !

Il y a tout juste 20 Ans, Jon Von Tetzchner et Geir Ivarsøy ont créé Opera Software et le navigateur web « Opera Multitorg » pour palier aux nombreux manques manques du ténor de l’époque : NCSA Mosaic.

bd-histoire-opera

Simplement renommé en « Opera » dès sa version 2.0, il a fait sa renommée en incluant très tôt de nombreuses fonctionnalités comme la navigation par onglets, le blocage des fenêtres intrusives (Pop-up), ou bien le moteur de recherche directement intégré à l’interface du navigateur. Des fonctions reprises plus tard par tous ses concurrents.

multitorg-opera

Il ne sera dans un premier temps proposé que sous forme de shareware : Payant, ou bien arborant une bannière de publicité, puis en 2006 Opera Software annonce sa gratuité sans publicité définitive avec Opera 8.50. Opera fait alors figure d’Outsider, c’est un navigateur web créé par une petite société norvégienne, qui propose des centaines de fonctions dans tous les sens : un client email intégré au navigateur, un gestionnaire avancé des téléchargements, la possibilité de prendre des notes sur les pages web que l’on visite. Et quand Firefox, son concurrent montant mise sur les extensions pour se distinguer, Opera choisit les « Widgets », des applications Web censées proposer toutes sortes de services complémentaire au navigateur (Des jeux, différents utilitaires de réduction d’URL, etc).

26-04-07_4320

Si le navigateur n’est pas particulièrement utilisé sur ordinateur de bureau, c’est une toute autre histoire sur mobile, Opera étant le navigateur le plus utilisé sur mobile jusqu’en 2007. Opera Mobile 9.5 est d’ailleurs l’une des seules alternatives crédibles à Safari de l’iPhone pour Windows Mobile, Symbian puis Android, en reproduisant un système de zoom équivalent à celui du navigateur à la pomme (On notera qu’Opera sur Nintendo Wii implémentait déjà un zoom similaire, plusieurs mois avant la sortie de l’iPhone).

Opera Mini sous Windows Mobile affichant son Speed DialOpera Mini sous Windows Mobile affichant son système d’ongletsOpera Mini sous Windows Mobile affichant ses nombreuses options de personnalisation

Fort de cette expérience sur le mobile, Opera va s’améliorer sur les ordinateurs de bureau, en proposant toujours plus de fonctions : Opera Turbo pour accélérer les mauvaise connexion, Opera Link, le 1er service de synchronisation de bookmark/notes/password entre les différentes instances (Mobile et ordinateur) du navigateur, Opera Unite qui permettra aux gens de partager des fichiers directement depuis leur navigateur, mais aussi de tenir leur blog et tout un tas d’autres services.
Techniquement, il se maintient également au top niveau et est le 1er navigateur web à réussir l’Acid 3 Test — À quelques heures de différence avec Safari d’Apple —, et pour avoir toujours de meilleures performances Opera Software met constamment à jour son moteur de rendu maison, Presto, son moteur javascript révolutionnaire qui compile le Javascript à la volée et l’interprète de manière non-bloquante avec le « Delayed Script Execution » qu’aucun autre navigateur n’implémente à ce jour.

15-08-09_b76515-08-09_9382

Entre temps, Geir Ivarsøy décède et Jon Von Tetzchner quitte la direction de Opera Software. La suite n’est pas très glorieuse, progressivement Opera va perdre presque toutes ses parts de marchés sur le mobile jusqu’à disparaître des nombreux pays dans lesquels il était N°1.

StatCounter-browser-ww-monthly-200812-200902-mapStatCounter-browser-ww-monthly-201506-201508-map

La société, malgré la diversification de ses revenus avec la multiplication de ses activités (1ère régie publicitaire mobile au monde avec le rachat de AdMarvel, création d’App Stores, etc) est touchée de plein fouet par la crise et décide de faire des choix radicaux : En février 2013, la société renonce à son moteur de rendu : Presto, Carakan et Vega sont abandonnés; de nombreux employés sont licenciés et une bonne partie des employés qui travaillaient au développement du moteur de rendu de la firme décident de démissionner.

À partir de maintenant, Opera sera basé sur le projet Chromium de Google et utilisera son interface. Il faudra attendre 5 mois avant de voir la 1ère version basée sur Chromium, Opera 15.

Opera-Will-Bring-Back-Bookmarks-Relents-to-Fan-Criticism-2Pour de nombreux utilisateurs, c’est la fin de l’aventure : Opera a perdu presque tout ce qui faisait de lui un navigateur « Différent » des autres : Il ne propose plus aucune option de personnalisation de l’interface et n’a quasiment plus aucune fonctionnalité autre que naviguer sur le web. Il n’est pas non plus disponible pour Linux.

Pire, il n’y a même plus de gestion des signets ! Celle-ci étant remplacée par le Speed Dial qui est maintenant pourvu de dossiers (Ce qui est jugé très peu pratique par les gens qui possédaient plusieurs centaines de signets). Pour ces utilisateurs, c’est la fin : Opera est devenu un clone de Chrome, et en plus un mauvais clone. Autant utiliser l’original.

Cependant, au fur-et-à-mesure des versions, Opera commence à s’approprier Chromium et à re-développer les fonctionnalités qui ont fait sa renommée. Nous savons pertinemment que rien ne sera plus jamais comme avant, qu’il est complètement inenvisageable de retrouver certaines des fonctionnalités uniques de l’ancien Opera — Comme le client courriel / IRC / Bit Torrent, la gestion MDI des fenêtres ou les thèmes — cependant certaines font leur ré-apparition, comme le gestionnaire de téléchargements qui — contrairement à celui de Chrome — sait reprendre les téléchargements interrompus par une coupure de connexion; certaines fonctionnalités reviennent sous la forme d’extension, comme la gestion des flux RSS avec l’excellent SmartRSS, la synchronisation, Opera Turbo, etc.

De nouvelles applications mobiles ont fait leur apparition, comme Opera Max qui permet non seulement de compresser les données pour accélérer la connexion — Comme le faisait Opera Turbo — mais également de compresser la connexion de tous les autres navigateurs et applications !

L’accent est également mis sur les performances, Opera proposant de mettre en hibernation les onglets quand ils ne sont pas utilisés, mais aussi de les charger uniquement à la demande lors de la reprise d’une précédente session (après un crash par exemple). Toutes ces particularités permettent à Opera de garder certains de ses utilisateurs ravis de voir certaines fonctions inexistantes dans l’ancien Opera (Comme le chargement des onglets à la demande), et lui permettent aussi d’en acquérir de nouveaux.

Pour ceux qui ne se reconnaissent plus dans le navigateur norvégien, Jon Von Tetzchner a fondé une nouvelle société, Vivaldi, qui édite elle aussi un navigateur web basé sur Chromium, mais qui quant à lui propose un positionnement tout à fait différent, centré sur les « Power Users » et reprenant la majorité des fonctionnalités d’Opera. Nous vous invitons à découvrir ce navigateur et sa communauté francophone.

Pour conclure, la situation de Opera Software semble ne pas être au plus fort, la société est au plus bas en bourse et a fait savoir à ses actionnaires la semaine dernière qu’elle envisageait la possibilité de se faire racheter par un autre groupe. Ne vendons cependant pas tout de suite la peau du plus vieux navigateur web encore en vie 😉 . Opera dénombre plus de 350 millions d’utilisateurs de son navigateur à ce jour et tient à les remercier de leur soutient en ce jour de fête :-) !

De nombreux projets excitants se préparent, dont l’intégration de Opera Max directement au cœur du système d’exploitation MIUI de Xaomi pour tous ses futurs smartphones.

N’hésitez pas à venir partager avec nous votre histoire avec ce navigateur d’exception en commentaire de l’article et sur notre forum.

Le site opera-fr.com revient !

Après quelques mois d’interruption, la communauté francophone des utilisateurs d’Opera a à nouveau son site !
Hélas, toutes les données du site précédent ont été perdues… (ce qui veut dire que nous ne sommes pas en mesure de contacter les anciens membres pour les avertir de la remise en place du site)
Nous repartons donc sur un site tout neuf.

Merci à Trent pour la remise en place du site ainsi que l’hébergement :) et à Bod pour la redirection.

et merci par avance à pseudo555 pour ses futures news :) à Cellix et Nickko pour leur participation à l’administration et bien sûr à ra-mon.

Chilly.
PS : toute ressemblance avec le site vivaldi-fr.com n’a rien d’anormale :) Pour les utilisateurs de ce nouveau navigateur ou les curieux, n’hésitez pas à aller faire un tour sur leur site.